Quel est le drop idéal pour éviter les blessures ?

La semelle d’une chaussure se compose de deux éléments :

  • La semelle extérieure qui, comme son nom l’indique, est en contact avec le sol. Celle-ci est généralement en caoutchouc et assure l’adhérence et la traction des chaussures.
  • Ensuite, la semelle intermédiaire est située au dessus, juste sous le pied. Celle-ci procure l’amorti des chaussures. Souvent composée de mousse, elle essaie d’absorber les chocs et de soutenir le pied.

En additionnant l’épaisseur de chacun de ces deux éléments, on obtient l’épaisseur totale de la semelle. En anglais, le terme est « stack height ».

Ainsi, le Heel-to-Toe Drop (littéralement l’inclinaison entre le talon et l’orteil) désigne la différence entre l’épaisseur totale de la semelle au niveau du talon et l’épaisseur totale de la semelle à l’avant du pied. Il est exprimé en millimètres.

Quel est le drop le plus commun ?

D’après le site RunRepeat, la distribution des modèles de chaussures de running par drop est la suivante :

distribution chaussures running drop statistiques

On voit donc que 79% des chaussures ont un drop entre 5 et 12 mm. Par ailleurs, 8,6% des chaussures sont zero drop et 12% sont low drop (entre 1 et 4 mm).

Quel est le drop ideal ?

C’est là la question principale. Avec le succès des chaussures minimalistes ces dernières années, il y a eu une augmentation de la part des chaussures 0 drop (chaussures avec une semelle non inclinée, donc). Mais il n’y a pas que les chaussures minimalistes qui sont sans inclinaison. Par exemple, la marque Altra propose exclusivement des modèles de chaussures zero drop mais avec des semelles épaisses. La logique est assez claire : les chaussures ne devant pas déranger la position naturelle du pied, il ne doit pas y avoir d’inclinaison. Reste à voir si ces chaussures peuvent vraiment diminuer le risque de blessure.

Pour les autres modèles, la logique est plus confuse. Certaines marques comme Hoka One One ou Saucony ont tendance à adopter une inclinaison faible tandis que d’autres s’appuient généralement sur une inclinaison plus élevée. On pense notamment aux modèles phares d’Asics comme les Kayano, Cumulus et Nimbus qui ont tous des drop de 10 mm ou plus.

Le plus important est de savoir ce que la recherche scientifique recommande pour limiter le risque de blessure.

Le drop n’influence pas le risque de blessure, avec deux exceptions surprenantes

L’étude de référence à ce jour est celle réalisée en 2016 par Malisoux et al. (1). Les chercheurs ont étudié 553 coureurs lors d’un essai randomisé contrôlé où ceux-ci étaient divisés en 3 groupes en fonction de l’inclinaison de leurs chaussures : 10 mm, 6 mm ou 0 mm. A noter que toutes les chaussures étaient des modèles standard avec un cushioning traditionnel. Il n’y avait donc pas de chaussures minimalistes (semelle très fine) ou maximalistes (semelle très épaisse).

Les résultats sont les suivants :

Malisoux et al. (2016) - Conclusions

De manière générale, il n’y a pas eu de différences en termes de blessures entre les différents groupes. Le drop n’a donc pas impacté le risque de blessure.

Les chaussures avec un drop faible (0-6 mm) augmentent le risque de blessure pour les coureurs réguliers (pratiquant depuis plus de 6 mois).

Les chaussures avec un drop faible (0-6 mm) diminuent le risque de blessure pour les coureurs occasionnels.

Surprenant, n’est-ce pas ? En résumé, il semblerait que de manière générale l’inclinaison de la semelle n’influence pas le risque de blessure. Comme nous le répétons souvent, il est donc important de faire avant tout confiance à son expérience personnelle. Le critère le plus important pour choisir ses chaussures running reste le confort.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Quelle est l’inclinaison de vos chaussures running et quelle en est votre expérience ?

Source :

(1) Influence of the Heel-to-Toe Drop of Standard Cushioned Running Shoes on Injury Risk in Leisure-Time Runners A Randomized Controlled Trial With 6-Month Follow-up
Laurent Malsioux, PhD, Nicolas Chambon, PhD, Axel Urhausen, Prof., MD and Daniel Theisen, PhD (2016)
http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0363546516654690

Photo : SJ Baren sur Unsplash

5 Commentaires
  1. Bonjour, quel est le nom du modèle de la nike en photo. Est ce la flyknit racer?

  2. Il semblerait que ne pas porter de chaussures réveille les mécanismes naturels d’auto-protection du corps par adoption de la posture et de la foulée la plus sure prévenant ainsi les blessures. Une chaussure, même en 0drop, peut « rassurer ». Dommage qu’il n’y ait pas de catégorie « 0 drop barefoot » dans cette étude.

  3. 1 an de douleurs au genoux, rien de visibles aux examens médicaux, et la douleur a totalement disparu avec des chaussures de 8mm de drop alors que les précédentes avaient un drop de 10mm… 8mm semble par conséquent plus adapté à ma morphologie mais ce n est sûrement pas une généralité…

  4. J’avais des semelles faite par un podologue pour ménager mes tendons d’Achille, au final ça n’a pas réglé le problème et au niveau de la course à pied j’ai énormément perdu. La semelle perturbait totalement ma foulée. Depuis trois semaines je cours avec des Adidas adios 4 et quel bonheur. J’ai retrouvé ma foulée. Je pense donc qu’un drop trop important n’est pas bon.

Laisser un commentaire

Chaussure Running
Comparer articles
  • Total (0)
Comparer
0