Accueil > Chaussures de running (route) > Saucony Kinvara 14

Saucony Kinvara 14 (Test 2024) : toujours aussi rapide et légère ?

Saucony Kinvara 14 test

La Saucony Kinvara 14 est une chaussure de route légère, amortie et rapide. Idéale pour les entraînements quotidiens et les séances rapides.

Le consensus

9.3Note globale

Très bonne chaussure de running toujours légère et rapide, mais avec plus d’amorti pour le confort de vos séances rapides.

Vous n’avez pas le temps de lire l’analyse complète ? Voici ce que vous devez savoir.

La Kinvara revient en grande forme avec une 14ème édition plus légère, plus amortie, et tout aussi rapide ! Pour ce faire, Saucony y a apporté quelques nouveautés intéressantes.

L’amorti PWRRUN gagne 3 mm d’épaisseur, avec une formulation plus aérienne. La conduite gagne ainsi en confort et en douceur, et reste dynamique malgré tout. Même si elle semble plus éloignée du sol, la sensation de course naturelle demeure.

La tige est clairement la botte secrète de cette Kinvara 14, avec un mesh double couche très respirant conservant le frais à vos pieds. L’ajustement est tout simplement optimal, bien qu’un peu étroit pour certains runners.

Enfin, la semelle extérieure reste inchangée, avec 2 morceaux de caoutchouc discrets aux extrémités.

Les Saucony Kinvara 14 sont faites pour vous si vous souhaitez des chaussures pour la performance avec un bon amorti pour votre entraînement quotidien et/ou vos courses rapides.

Lisez notre analyse complète de la Saucony Kinvara 14 pour plus d’informations.

Confort
9.5
Dynamisme
9
Maintien du pied
9.5
Stabilité
9
Durée de vie
9
Rapport qualité-prix
9.5
Design
9.5

POUR

  • Amorti plus confortable
  • Conduite amusante, légère et vive
  • Bon ressenti du sol malgré l’épaisseur de la plateforme
  • Tige toujours aussi légère et encore plus sécurisée

CONTRE

  • La chaussure a perdu en agilité et en flexibilité
  • L’adhérence laisse à désirer sur terrains mouillés

L’analyse complète des tests et avis de la Saucony Kinvara 14

Introduction

test Saucony Kinvara 14

Le saviez-vous ? Kinvara est une ville portuaire à l’ouest de l’Irlande, face à la Baie de Galway. Et c’est parce que ce nom sonnait bien que les créateurs du modèle, d’origine irlandaise, ont décidé de baptiser cette chaussure de running qui deviendra la référence que l’on connait aujourd’hui.

Saucony Kinvara 14 femme séance tempo

À chaque sortie, c’est l’effervescence parmi la communauté des fans. Quelles surprises leur réserve cette 14ème édition ? La légèreté et la vitesse font-elles encore partie de l’ADN du modèle ? La conduite traditionnelle de la Saucony Kinvara 14 a-t-elle encore sa place aujourd’hui dans ce marché de plus en plus plaqué-carboné ? La fin de ce suspense incroyable dans la suite de cet article !

Amorti

Saucony Kinvara 14 amorti semelle intermédiaire avec mousse pwrrun

Saucony a complètement revisité la semelle intermédiaire de sa Kinvara. Certes, elle reste fidèle à sa technologie de prédilection, la mousse PWRRUN. Celle-ci revient cependant dans une formulation plus légère, plus douce, mais surtout plus épaisse de 3 mm (31 mm / 27 mm). Son association avec la semelle intérieure PWRRUN+ ajoute un supplément de confort bienvenu. Le drop de 4 mm reste faible.

femmes Saucony Kinvara 14

L’autre changement notable est la nouvelle géométrie de la semelle intermédiaire de la Saucony Kinvara 14, profilée avec une forme de rocker. En ce sens, les runners adeptes de la marque reconnaissent des similitudes avec celle de la Saucony Ride 16, assurant une foulée souple et rapide avec une transition aisée. Les parois latérales sont aussi plus hautes et confèrent ainsi une bonne stabilité.

Tous ces éléments combinés garantissent à la Kinvara 14 un amorti à la fois confortable qui offre un bon dynamisme.

Maintien du pied

Saucony Kinvara 14 tige mesh technique

Légère, respirante, solide et confortable. Voici résumées les caractéristiques principales de la tige, qui reste le point fort de la Kinvara après avoir subi quelques transformations notables.

Elle se compose d’une maille technique à deux couches calquée sur celle de l’Endorphin Pro 3 :

  • une couche supérieure très aérée sans superpositions, pour la respirabilité
  • une couche plus serrée et extensible en dessous qui donne un ajustement plus agréable.
lacets et languette Saucony Kinvara 14

Tout a été pensé pour réduire le poids de la chaussure. Avec ses 200 g pour la version homme et 175 g pour la version femme, la Kinvara n’en finit plus de s’alléger. Elle conserve ainsi sa distinction de chaussure de running la plus légère de Saucony.

La chaussure s’enfile comme une chaussette, l’ajustement est donc optimal autour du pied. Le volume un peu plus étroit à l’avant pied a incommodé certains coureurs aux pieds larges. La plupart ont plutôt eu la sensation agréable de presque oublier qu’ils portaient des chaussures à leurs pieds !

Adhérence

Saucony Kinvara 14 extérieure caoutchouc

Sous le pied de la Saucony Kinvara 14, rien de nouveau. On court toujours principalement sur la mousse EVA de la semelle intermédiaire, ce qui apporte de la souplesse. Comme sur la Kinvara 13, la semelle extérieure se résume à 2 morceaux de caoutchouc XT-900 positionnés sur les zones stratégiques :

  • à l’avant du pied pour favoriser la traction
  • au talon pour accroître la durabilité des chaussures dans cette zone d’usure élevée.
coureur et coureuse essaient la Saucony Kinvara 14

Bien que minimalistes, les patchs font le job en termes d’adhérence sur les sols secs ou légèrement humides. Sur le bitume mouillé en cas de fortes averses, votre confiance doit être en éveil – attention aux glissades !

Seule la durabilité du modèle partage les coureurs. Certains ont des doutes sur une usure prématurée, d’autres font confiance à cette configuration déjà éprouvée sur d’autres modèles (Endorphin Shift par exemple).

Sensations de course

Saucony Kinvara 14 chaussures de running pour les footings rapides

Et sinon, qu’est-ce que donne la Saucony Kinvara 14 sur route ? De l’avis général, c’est un modèle amusant, léger et vif.

Si les coureurs reconnaissent le supplément de moelleux que l’augmentation de la semelle intermédiaire apporte, ils ressentent aussi un peu moins d’agilité et de flexibilité. En ce sens, la semelle intérieure est loin de faire l’unanimité, car jugée trop épaisse. Le design à bascule nouvellement introduit est plutôt une réussite. Il fluidifie les transitions et facilite les accélérations de rythme, tout en conservant une conduite proche du sol.

coureuse portant la Saucony Kinvara 14

Les adeptes du modèle ont donc été quelque peu surpris au sortir de la boîte, sans pour autant rejeter cette évolution en bloc. Certes, la Kinvara prend quelques libertés avec l’esprit d’origine de foulée naturelle, mais ils y trouvent quand même un peu leur compte, le confort dominant dans toutes les parties de la chaussure ! Et puis le modèle reste fidèle à ses qualités intrinsèques, une chaussure légère et rapide pour les entraînements de vitesse quotidiens et les compétitions rapides jusqu’au semi-marathon.

Conclusion

Saucony Kinvara 14 aux pieds

Les coureurs puristes diront de la Saucony Kinvara 14 qu’elle perd un peu de son identité minimaliste ce qu’elle gagne en confort et en polyvalence. Les autres continueront d’apprécier cette chaussure, qui offre plus d’amorti tout en conservant les qualités de vitesse, de légèreté et sensation de course naturelle qui ont toujours caractérisé le modèle.

coureur Kinvara 14 Saucony

En ce sens, elle reste une valeur sûre de la marque américaine pour les coureurs au poids léger à moyenépris de vive allure, souhaitant se challenger sur le bitume avec une chaussure sans plaque de carbone.

Où l’acheter ?

Nous faisons confiance aux marchands suivants :

Note : ce site existe grâce à votre soutien. Nous recevons une commission lorsque vous utilisez les liens vers nos partenaires pour vos achats. Cela ne vous coûte pas plus cher et n’influence pas nos analyses.

Comparaisons – Saucony Kinvara 14 vs :

Vue avant de la Saucony Kinvara 14

Kinvara 13

Autant les différences entre Kinvara 12 et 13 étaient infimes, autant celles entre Kinvara 14 et 13 sont plus marquantes.

Kinvara 14 bénéficie tout d’abord d’une nouvelle géométrie de semelle intermédiaire, plus profilée, avec 3 mm de mousse supplémentaires et un design à bascule. La tige a également été revisitée au niveau du mesh (double couche) et de la forme (s’enfile comme une chaussette). Ces modifications apportent plus d’amorti, de confort et de légèreté. En comparaison, la Kinvara 13 est plus flexible, plus ferme et plus proche du sol.

En résumé, la Saucony Kinvara 14 est globalement un bon rafraichissement du modèle. Si vous êtes un puriste de la ligne, tendance minimaliste et fermeté, restez sur la 13ème édition. Le prix de base est le même, mais la version 13 est disponible en promotion. Si vous êtes ouvert à la nouveauté, pas contre un petit supplément de confort, et souhaitez allonger les distances, alors cette 14ème version pourrait vous réserver d’agréables surprises.

Saucony Ride 16

Même si la différence s’estompe (la Kinvara gagne en amorti chaque année), la Ride offre un amorti plus doux et plus élevé que la Kinvara. Elle est donc mieux adaptée aux distances plus longues comme le marathon. Cependant, elle est plus lourde et moins réactive par rapport à la K14. Voir le comparatif complet.

Description technique

Saucony Kinvara 14 vue latérale

Caractéristiques

TerrainRoute
Type de soutienUniversel (neutre)
Inclinaison de la semelle4 mm
Épaisseur de la semelle (talon)31 mm
Épaisseur de la semelle (avant-pied)27 mm
Poids (modèle homme)200 g
Poids (modèle femme)175 g
Année de sortie 2023
Athlètes
PrixVoir le prix

Technologies

Semelle extérieureCaoutchouc stratégique
Semelle intermédiairePWRRUN, PWRRUN+
TigeMesh technique
Caractéristiques

Amorti

DouceurÉquilibré
DynamismeMoyen

Utilisation

DistanceCourte, 5 km, Moyenne, 10 km, Semi-marathon
AllureLente, Modérée, Rapide
Type d'entraînementEntraînement quotidien, Compétition

Référence : site officiel Saucony

Aurore Rousseau

Aurore Rousseau

Aurore est rédactrice web. Elle est tombée dans la course à pied et le trail en 2013. Depuis, le plaisir de courir au milieu de beaux paysages ne l’a plus quittée et s’est allié à celui de voyager. Les quelques médailles de finisher dont elle est le plus fière : ses 2 marathons “bitume” (Rome 2015, Copenhague 2019); le Trail du Ponant à Belle-Île (2016); le Marathon du Mont Blanc (2017).

Laisser un commentaire