Accueil > Chaussures de running (route) > Mizuno Wave Rider 26

Mizuno Wave Rider 26 (test 2024) : que vaut ce classique ?

Mizuno Wave Rider 26 test

La Mizuno Wave Rider 26 est une chaussure de running traditionnelle et polyvalente à drop élevé. Elle est idéale pour vos entraînements quotidiens et vos sorties faciles.

Découvrez la toute dernière version : Mizuno Wave Rider 27

Consensus

9.4Note globale

Très bonne chaussure de route, traditionnelle, polyvalente et robuste. Une valeur sûre !

Vous n’avez pas le temps de lire l’analyse complète ? Voici ce que vous devez savoir.

La Wave Rider 26 est une valeur sûre de la gamme running de Mizuno. Quasi un exploit après plus d’¼ de siècle d’existence !

Cette dernière itération poursuit les améliorations entamées avec WR25. Ainsi, la semelle intermédiaire est plus épaisse de 2 mm et apporte un supplément de confort, notamment dans la zone du talon. Mizuno n’a cependant pas réussi à gommer les défauts de son modèle précédent :

  • une sensation de grande fermeté à l’avant-pied
  • un drop élevé de 12 mm un peu dépassé

La plaque Wave revisitée renforce la sensation de propulsion vers l’avant ainsi que la stabilité de la chaussure. En ce sens, elle fonctionne en parfaite harmonie avec la semelle extérieure, dont le tout nouveau design assure une accroche parfaite et une très bonne durabilité.

Enfin, le chaussant reste un point fort de cette chaussure de running, avec un jacquard technique aéré et une construction offrant un très bon maintien du pied et un verrouillage facile.

Lisez notre test complet de la Mizuno Wave Rider 26 pour plus d’informations.

Confort
9.5
Dynamisme
9
Maintien du pied
9.5
Stabilité
9.5
Durée de vie
9.5
Rapport qualité-prix
9.5
Design
9

POUR

  • Tige confortable, respirante et sûre
  • Un retour d’énergie discret mais efficace à rythme soutenu
  • Zone de talon très amortie
  • Très bonne stabilité
  • Chaussure polyvalente et robuste, faite pour durer

CONTRE

  • Un drop toujours trop élevé (mais pourquoi donc ?!)
  • Une semelle trop ferme sous l’avant-pied malgré son épaisseur (26.5 mm)

Le test complet de la Mizuno Wave Rider 26

Mizuno Wave Rider 26 unboxing

Introduction

Et de 26 : quand on aime, on ne compte pas ! La Mizuno Wave Rider 26 est la dernière d’une longue lignée de chaussures de running à la conception plutôt traditionnelle. Les lancements du modèle sont devenus des rendez-vous annuels incontournables dans le calendrier des sportifs.

Les coureurs avaient apprécié le vent de modernité apporté par la mousse Enerzy et la légèreté de la WR25. En revanche, ils avaient eu un peu plus de mal avec la finesse de la semelle sous l’avant-pied, ainsi que le drop élevé un peu daté.

Mizuno a-t-elle tenu compte de ces remarques pour son 26ème modèle ? Lisez l’analyse qui suit pour le découvrir !

Amorti (semelle intermédiaire)

Mizuno Wave Rider 26 semelle intermédiaire

La semelle intermédiaire de la Wave Rider 26 utilise la même mousse Enerzy que sur le modèle précédent, appréciée par les runners pour son confort et sa durabilité. Mizuno l’a épaissie de 2 mm sur toute la longueur (38.5 mm au talon / 26.5 mm orteils). Cela confère plus d’amorti encore, notamment au niveau du talon, mais plus de poids aussi. L’avant-pied reste quant à lui un peu fin et rigide, au grand dam des coureurs qui apprécieraient bien un peu plus de douceur de ce côté-ci de la chaussure.

Le retour d’énergie est également plus efficace et perceptible sur ce dernier modèle. C’est une évolution intéressante, la Wave Rider n’étant pas reconnue pour son dynamisme.

Mizuno Wave Rider 26 vue latérale

La plaque Wave est toujours solidement présente et biosourcée avec quelques innovations. Un nouveau design plus profilé s’étend ainsi sur toute la largeur de la chaussure de running. Surtout, sa position avancée vers le médio-pied permet un impact plus diffus et une meilleure stabilité. Et oui, elle permet toujours une belle propulsion vers l’avant !

Maintien du pied (tige)

tige de la Wave Rider 26 par Mizuno

C’est un des points forts de cette dernière itération de la Wave Rider. La tige s’offre une touche de modernité, avec un mesh technique en jacquard confortable, respirant et durable (entièrement fabriqué avec des matériaux recyclés).

Les superpositions légères permettent un renfort bienvenu. La languette à gousset et le contrefort du talon sont rembourrés juste ce qu’il faut pour assurer un bon maintien et une protection efficace. Quelques coureurs ont dû sécuriser le verrouillage au niveau du talon pour éviter les glissades.

vue du chaussant de la MWR26

À l’avant-pied, la toe box est évasée juste ce qu’il faut sans être trop spacieuse. Les orteils peuvent jouer des coudes (hum ?!) en toute sécurité. Certains runners la souhaiteraient cependant plus large pour améliorer le confort général.

Au niveau du poids, la Mizuno Wave Rider 26 s’est un peu alourdie (283 g en version homme vs 270 g pour WR 25). Ce n’est donc pas la chaussure de running la plus légère du marché, mais ce n’est pas sa vocation non plus. Elle reste d’ailleurs dans les standards pour une utilisation quotidienne.

Adhérence (semelle extérieure)

Mizuno Wave Rider 26 semelle extérieure en caoutchouc

Il y a du nouveau également par ici. La semelle extérieure bénéficie d’un nouveau design qu’on pourrait résumer par “moins de rainures, plus de couverture”. Une rainure verticale remplace les rainures horizontales du modèle précédent, ce qui n’enlève rien à la flexibilité de la chaussure.

Vue de la partie externe de la semelle de la Mizuno Wave Rider 26

Mizuno n’a pas lésiné sur l’épaisseur du caoutchouc XT10. Son recouvrement sur la totalité de la semelle ainsi que sa position aux bons endroits garantissent une excellente adhérence et une bonne traction, y compris sur les terrains mouillés. Autre point positif : la durabilité semble assurée !

Bref, cette semelle fait le job et l’unanimité parmi les coureurs.

Les sensations de course

Mizuno Rider 26 aux pieds pour un test

Ce qui ressort globalement des premières foulées est une conduite agréable, un peu ferme et modérément énergique… classique résumeront certains. La combinaison mousse Enerzy épaisse/drop élevé/plaque Wave fonctionne parfaitement pour offrir aux coureurs traditionnels la foulée qu’ils aiment ressentir sur le bitume. Il faut cependant attendre quelques séances que la semelle se brise pour voir se révéler pleinement la réactivité de l’amorti et la sensation de propulsion vers l’avant de la chaussure. Vos sorties deviennent alors explosives !

Mizuno Wave Rider 26 aux pieds de la coureuse et rédactrice Aurore Rousseau

Le premier sujet de discorde est l’avant-pied, jugé trop fin et trop ferme par une grande partie des coureurs, en total contraste avec le talon bien moelleux. Le deuxième est le drop élevé de 12 mm, qui donne la sensation aux runners d’être attirés vers le bas. Bon, ils n’ont quand même pas le sentiment de courir avec des talons hauts, mais la sensation peut être déplaisante à rythme lent.

Enfin, les transitions sont fluides et douces, tandis que les atterrissages sont fermes et stables. De ce fait, c’est une chaussure de running idéale pour les entraînements quotidiens, les séances tempo-mais-pas-trop, ou encore les sorties longues faciles.

Mizuno Wave Rider 26 avis

Conclusion

La Mizuno Wave Rider 26 reste une chaussure de running incontournable. Elle mêle tradition, performance et modernité, avec un amorti ferme au léger rebond, un drop élevé, et une tige innovante assurant un bon maintien. Bref, elle conserve une conduite classique assez rigide qui lui va bien au teint.

En ce sens, elle saura se faire apprécier des débutants de la course à pied ne souhaitant pas prendre de risque, mais aussi des runners plus chevronnés amateurs de ressenti traditionnel.

Certains coureurs aimeraient voir le modèle évoluer vers des standards de drop et de confort sous l’avant-pied plus actuels. La révolution n’a pas encore eu lieu dans ce domaine, mais la vague déferle toujours autant après 26 ans d’existence !

Où l’acheter ?

Nous faisons confiance aux marchands suivants :

Note : ce site existe grâce à votre soutien. Nous recevons une commission lorsque vous utilisez les liens vers nos partenaires pour vos achats. Cela ne vous coûte pas plus cher et n’influence pas nos analyses.

Comparaisons – Mizuno Wave Rider 26 vs :

Mizuno Wave Rider 26 chaussures de running

Mizuno Wave Rider 25

Alors, qu’est-ce qui distingue cette Wave Rider 26 de la Wave Rider 25 ? Rien de bien révolutionnaire, mais ces quelques évolutions intéressantes poursuivent la modernisation du modèle :

  • Une semelle intermédiaire plus épaisse conférant plus de confort et plus d’amorti, notamment au niveau du talon
  • Un nouveau design de la plaque Wave améliorant la propulsion vers l’avant, la réactivité et la stabilité
  • Une semelle extérieure redessinée, avec une couverture quasi complète de caoutchouc renforçant la durabilité de la chaussure

En résumé, si vous avez aimé tutoyer le bitume avec la Wave rider 25, vous aimerez tout autant le faire avec la 26ème du nom !

Description technique

Contrefort (talon) de la Wave Rider 2023

Caractéristiques

TerrainRoute
Type de soutienUniversel (neutre)
Inclinaison de la semelle12 mm
Épaisseur de la semelle (talon)38.5 mm
Épaisseur de la semelle (avant-pied)26.5 mm
Poids (modèle homme)285 g
Poids (modèle femme)235 g
Année de sortie 2022
AthlètesHaruki Murakami
PrixVoir le prix

Technologies

Semelle extérieureX10, SmoothRide
Semelle intermédiaireMizuno Enerzy, Wave, Foam Wave, Premium Insock
TigeAIRmesh
CaractéristiquesVegan, Matières recyclées

Amorti

DouceurÉquilibré
DynamismeMoyen

Utilisation

DistanceMoyenne, 10 km, Semi-marathon, Longue, Marathon
AllureLente, Modérée
Type d'entraînementEntraînement quotidien
YouTube video

Référence : site officiel Mizuno

Aurore Rousseau

Aurore Rousseau

Aurore est rédactrice web. Elle est tombée dans la course à pied et le trail en 2013. Depuis, le plaisir de courir au milieu de beaux paysages ne l’a plus quittée et s’est allié à celui de voyager. Les quelques médailles de finisher dont elle est le plus fière : ses 2 marathons “bitume” (Rome 2015, Copenhague 2019); le Trail du Ponant à Belle-Île (2016); le Marathon du Mont Blanc (2017).

Laisser un commentaire