Accueil > Actu > Étude plaque carbone

Chaussures à plaque carbone : réservées aux coureurs élites ?

étude scientifique coureurs plaque carbone avec et sans

Depuis que Nike a révolutionné le monde de la course à pied avec l’apparition des chaussures à plaque carbone, difficile de passer à côté de ce sujet de discussion. Que ce soit pour le nombre de records battus ou les retours assez unanimes des coureurs qui les utilisent, ces chaussures attisent les fantasmes. Mais qu’en est-il vraiment ?

L’une des questions principales qui revient régulièrement dans les commentaires sur nos tests de chaussures carbones concerne le niveau de performance pour bénéficier de ces chaussures. En clair, les chaussures à plaque carbone sont-elles utiles pour les coureurs lents ?

Cela tombe bien, une nouvelle étude de Carranza et al. publiée dans le journal scientifique Medicine and Science in Sports and Exercise propose d’y répondre.

Méthodologie

Les chercheurs ont réparti 28 coureurs en deux groupes :

  • Coureurs entraînés (10 km entre 38 minutes et 45 minutes)
  • Coureurs classés au niveau national (10 km sous les 34 minutes)

On peut déjà à ce stade objecter en demandant : pourquoi ne pas ajouter un troisième groupe de coureurs plus lents, par exemple ? En effet, courir un 10 km en 45 minutes demande tout de même une allure de 4 min 29 s / km, ce qui est déjà rapide.

Cependant, les études n’ont pas pour vocation d’établir LA vérité mais d’apporter des arguments. D’autant plus que les chercheurs précisent bien que les coureurs ont été choisi suivant des caractéristiques précises qu’ils détaillent dans l’étude.

Chaussures avec plaque carbone vs sans

Le but de l’étude étant de comparer les performances des coureurs avec et sans plaque carbone, les chercheurs ont utilisé deux paires de chaussures expérimentales.

Les deux modèles sont identiques :

  • Mêmes tige et semelle extérieure
  • Dimensions identiques : hauteur de 39 mm sous le talon et 31 mm sous l’avant-pied (drop de 8 mm)

La seule différence est la plaque en carbone ce qui donne une différence de poids de 8 g (248 g avec plaque et 240 g sans).

Bref, tout est réuni ici pour voir l’apport concret de la plaque.

Conditions des tests

Les deux groupes ont réalisé les séances suivantes, avec et sans plaque, sur plusieurs jours :

  • 3 minutes à vitesses lente et rapide
    • Groupe 1 : 9 et 13 km/h
    • Groupe 2 : 13 et 17 km/h
  • 3000 m, à pleine intensité et seul.

Les chercheurs ont ensuite mesuré le coût énergétique (en Watts par kilogramme) de chaque séance pour chaque groupe pour évaluer l’économie d’énergie (Running Economy en anglais) apportée par la plaque en carbone.

Résultats

Les séances réalisées avec la chaussure plaque carbone ont montré une amélioration statistiquement significative par rapport aux séances avec la chaussure sans plaque, à allure lente et à allure rapide.

Groupe 1 (coureurs entraînés avec un bon niveau)

+4 % à allure lente
+3 % à allure rapide

Pour le groupe de coureurs experts, la séance courue à allure lente n’a pas montré d’amélioration. En revanche, on en a observé une pour celle à allure rapide.

Groupe 2 (coureurs experts)

Pas d’amélioration à allure lente
+2 % à allure rapide

Pour les 3000 m, les chercheurs ont observé la même amélioration dans les deux groupes grâce à la plaque.

Conclusions

Contrairement aux hypothèses de départ, l’ajout de la plaque a été bénéfique pour le groupe 1 pour toutes les allures, lente comme rapide. Dans le groupe de coureurs experts, les chercheurs ont observé un gain énergétique uniquement pour les allures plus élevées.

C’est un résumé–vous trouverez tous les détails avec les chiffres dans les conclusions de l’article.

Autre point constaté, les gains observés pour les allures plus élevées sont les mêmes dans les deux groupes. Ainsi, alors que l’on a tendance à penser que plus on va vite et plus la plaque est bénéfique, il semblerait qu’en termes d’économie d’énergie ce ne soit pas le cas.

Discussion

Comme toute étude, il convient de relativiser et de ne pas en tirer de généralités. En premier lieu, il faut bien noter que seule la plaque de carbone est étudiée ici. Hors les super chaussures tirent leur force non seulement de leur plaque en carbone mais également des mousses nouvelle génération comme ZoomX chez NIKE (e.g. Alphafly 3) ou FlyteFoam Blast+ chez ASICS (e.g. MetaSpeed Sky+)–c’est la combinaison de ces deux éléments qui fait des miracles.

Néanmoins, l’étude a le mérite d’isoler le gain avec la plaque carbone grâce à sa méthodologie intéressante (même si ce n’est pas un essai randomisé contrôlé).

Il est intéressant d’observer que, contrairement aux idées répandues, on peut bénéficier des chaussures avec plaque carbone sans être un coureur d’élite. Cependant, comme mentionné, il aurait été intéressant de voir les résultats pour un groupe de coureurs encore plus lent (e.g. entre 50 et 55 minutes au 10 km).

Pour finir, je me permets de conclure avec une pensée personnelle. Je pense surtout qu’il n’existe pas deux foulées identiques ou deux morphologies identiques, contrairement à ce que certains voudraient absolument affirmer (dans un sens comme dans l’autre), tout le monde ne va pas tirer le même bénéfice. Et comme le suggère cette étude, il ne s’agit pas forcément d’une question de niveau. Tout le monde (à l’exception peut-être des coureurs novices) peut donc tenter l’expérience de courir avec une de ces nouvelles chaussures et faire son propre bilan.

Source

Influence of Running Shoe Longitudinal Bending Stiffness on Running Economy and Performance in Trained and National Level Runners (consulté le 06/02/2024)
Víctor Rodrigo Carranza, Wouter Hoogkamer, Juan José Salinero, and Sergio Rodriguez – Barbero Expósito (July 2023)
Medicine and Science in Sports and Exercise
https://www.researchgate.net/publication/372370572_Influence_of_Running_Shoe_Longitudinal_Bending_Stiffness_on_Running_Economy_and_Performance_in_Trained_and_National_Level_Runners

Que pensez-vous de cet article ? Partagez vos commentaires ci-dessous !

Julien Guyod

Julien Guyod

Julien Guyod est enseignant en mathématiques et rédacteur freelance. Il est tombé dans la course à pied en 2015 et s’est spécialisé sur le marathon, chrono bloqué à 2h38 pour l’instant à celui de la Rochelle. Passionné de chaussures running, il adore partager son ressenti sur les modèles testés et pousse toujours plus loin le kilométrage pour en découvrir un maximum ! Retrouvez-le sur Strava.

Laisser un commentaire